RSS Facebook Twitter
Une éolienne du plateau de Boulay par Walké, image sous licence GNU dsiponible sur Wikimedia Commons
 

De la dimension érotique de la transition énergétique…

écrit par Anne Terlez, Vice-Présidente de la CASE en charge du développement durable et Présidente de l’ALEC27.

De la dimension érotique de la transition énergétique…

C’est en ces termes que Patrick Viveret, philosophe bien connu et essayiste altermondialiste, a parlé de la transition énergétique lors des Assises Européennes qui ont eu lieu du 26 au 29 janvier à Dunkerque. Bien sûr, il fait référence à l’étymologie du mot érotique, donc à Eros, le dieu grec de l’Amour et puissance créatrice, et qui s’oppose à Thanatos, le dieu de la Mort. Face au dérèglement climatique et à ses conséquences, être acteur de la transition énergétique procède d’une véritable volonté de vivre, et d’inventer, pour cela, de nouvelles techniques, de nouvelles collaborations et participations citoyennes, de nouveaux modèles économiques.

Je retiens de ces Assises qu’elles sont un temps nourrissant et enthousiasmant de formation et de partage d’expériences, où l’on rivalise d’ingéniosité, d’audace et d’ambition pour obtenir des résultats probants. Du point de vue politique, plusieurs thématiques ont retenu particulièrement mon attention :

–          La transition énergétique nourrit et renouvelle la démocratie : elle exige la mobilisation de tous les acteurs d’un territoire. Associer les citoyens à la décision publique est, bien sûr, une garantie de réussite, mais au-delà de la concertation citoyenne, force est de constater que la société civile est force de propositions et un élément des plus dynamiques. Toutes les initiatives (création de monnaie locale, coopérative de production d’énergie, financement participatif…) permettent aux habitants d’être ou de devenir des citoyens de plein exercice. Et c’est ce dont notre société a le plus besoin en ce moment.

–          La loi NOTRe bouleverse le paysage des collectivités locales et redéfinit leurs compétences. Elle vise la modernisation de nos territoires en intégrant de manière exigeante les défis de la transition énergétique. Elle institue la région comme chef de file de cette compétence et affirme le rôle prépondérant des intercommunalités pour planifier et mettre en œuvre les solutions. Elle donne également aux élus locaux des outils renforcés pour engager leur territoire sur la voie de la résilience (notamment par une meilleure imbrication des documents de planification d’urbanisme et de développement durable)

–          Le financement de la transition énergétique est possible : le manque d’argent ne peut être opposable à la transition énergétique. L’argent existe mais pour le mobiliser, il faut plusieurs ingrédients : la volonté politique, l’ingénierie, l’ingéniosité, des partenariats multiples. S’il existe déjà, pour les collectivités, des outils dédiés à l’investissement (SPL, SEM, …), il faut également explorer de nouvelles orientations : la mutualisation des projets pour accéder plus facilement aux marchés financiers, la création d’interfaces publiques, le tiers financement, le financement participatif…  J’ai aussi aujourd’hui une conviction : c’est la production d’énergies renouvelables qui nous permettra de financer la rénovation des habitations et des bâtiments.

L’ALEC 27 n’a pas d’autre raison d’exister que d’accompagner les territoires à relever tous les défis de la transition énergétique. L’agence participe de l’ingénierie territoriale dont ont besoin nos collectivités. Plusieurs nouvelles conventions entre l’ALEC et des collectivités de l’Eure sont d’ailleurs en cours de préparation et témoignent de volontés politiques et de la confiance accordée à notre équipe. Plus d’information très prochainement dans nos newsletters…

Depuis plusieurs mois, l’ALEC 27 s’attache également à renforcer les partenariats existants (Habitat et Développement 27, le CAUE, l’AREHN, CARDERE, chambres consulaires…) et à développer de nouvelles collaborations (Energie Normandie, Eure Expansion, bailleurs, le SIEGE, le secteur bancaire, les entreprises…) pour mieux répondre aux évolutions de l’organisation des collectivités. Vous pouvez compter sur la motivation de chaque membre de notre équipe pour être au service de l’intérêt général.

En cette nouvelle année 2016, je vous souhaite le plein d’énergie :)

Anne TERLEZ

Présidente de l’ALEC 27

http://www.alec27.fr/blog/

Source : http://www.alec27.fr/blog/actualites/ledito-de-la-newsletter-de-janvier-2016-8706#more-8706

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
 

Les commentaires sont fermés pour cet article !