RSS Facebook Twitter
main_Sarnez-art2
 

En  » Hollandie, » rien de nouveau, trois fois hélas pour les français que nous sommes.

 Marielle de SARNEZ a réagi aux déclarations faites par François HOLLANDE sur l’antenne de FRANCE INFO ce matin. (5 janvier 2015).

Réaction de Marielle de Sarnez  à l’intervention du Président de la République.

« Occuper l’espace est certainement une stratégie de communication mais je pense franchement que les Français sont très loin de tout ça, très lassés de ces discours. J’ai trouvé que c’était un discours très faible, très répétitif : il n’y a rien de nouveau, aucune annonce. Je ne l’ai pas trouvé du tout convaincant sur l’économie. Il nous donne le sentiment de dire « les réformes, je les ai faites. La pénibilité, les déficits, etc., c’est comme si c’était réglé ». Tout le monde sait bien qu’il n’en est absolument rien.

J’ai trouvé que sur l’Europe, c’était vraiment une occasion manquée. On a eu ces drames par exemple concernant les migrants : pourquoi n’a-t-il pas proposé de réunir rapidement chefs d’État et chefs de gouvernement pour mettre enfin en place une politique commune en matière d’immigration au lieu de laisser l’Italie toute seule au premier rang ? Bref, moi je n’ai pas du tout été convaincue par ces deux heures. La communication sans fond, cela ne marche pas.

Les Français sont las de ces discours politiques qui sont extrêmement répétitifs et d’ailleurs je pense qu’il y a une réflexion institutionnelle à avoir. On a d’un côté un Président qui ne donne pas de vision, qui ne raconte pas d’histoire à ce pays : où allons-nous ? Comment y allons-nous ? Il n’y a pas de récit à la France, pas de récit aux Français ! D’un autre côté, il s’occupe de tout, il y a quelque chose qui ne va pas ! Tout remonte aujourd’hui au Président de la République, mais à quoi servent donc tous nos élus ? Imaginez qu’en France, on doit passer par une loi pour simplement faire en sorte que les délais des Prud’hommes s’améliorent ou que l’on passe de 5 à 7 dimanches éventuellement de plus d’ouverture de certains commerces dans certains endroits… On doit avoir une réflexion institutionnelle sur la démocratie politique. La France n’a pas seulement un problème économique, un problème social, mais elle a aussi une crise de sa démocratie. »

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
 

Les commentaires sont fermés pour cet article !