RSS Facebook Twitter
Nelson_Mandela-2008_(edit)
 

Un jour d’émotion : 11 février 1990.

 Ce jour là, le hasard a voulu que je sois au lycée Mermoz à Dakar, lycée français fréquenté par les enfants des expatriés, de la plupart des ambassades, des militaires français en poste, enfants des libanais chrétiens et musulmans installés sur la côte africaine, soit une mosaïque de jeunes, mûrs pour beaucoup, ayant voyagé en accompagnant leurs parents, multi-langues assez souvent, riches d’ expériences diverses mais tous épris de liberté, respectueux des uns des autres.

Ma classe de terminale venait de travailler sur… Cry freedom, un film plein d’émotions pour des ados en Afrique quand bien même peu d’entre eux avaient connu des conditions difficiles mais déjà expérimenté la difficulté d’être différents ici ou là au gré des lieux de résidence de leurs parents. J’ai le souvenir d’ une zaïroise, ayant vécu à Toulouse petite fille, qui me disait avoir eu beaucoup de peine à se contrôler à chaque fois que des mamans touchaient ses tresses africaines comme pour vérifier pensait-elle la qualité de ses cheveux. Bien élevée, elle ne s’autorisait pas à dire qu’elle détestait cela et se sentait comme un objet dont on vérifie la qualité.

Comment vous décrire l’ émotion, l’ excitation, les sourires mais aussi le calme heureux de tous ces jeunes lorsque la nouvelle se répandit. J’en garderai le souvenir du bonheur flottant dans l’air, un moment d’ exception, de communion de tous les élèves quelque soit leur origine venant partager avec leur prof d’ anglais cet immense espoir de fraternité possible qu’entrainait la libération de Mandela. Je ne sais ce que sont devenus tous ces élèves que j’ai apprécié dans leur diversité ce qui faisait leur richesse mais où qu’ils soient, je sais que nous avons en commun ce jour partagé : la libération de Nelson Mandela ouvrait la porte de l’ espoir pour tous.

Quand j’ entends la Marseillaise, je me sens citoyenne française mais l’ hymne d’Afrique du Sud que le rugby nous fait entendre régulièrement est toujours pour moi un moment d’émotion qui me retransporte ce jour là. La photo de mes élèves de terminale est un bonheur mais hélas, éparpillés dans le monde entier je ne peux plus leur dire ce qu’ ils m’ont apporté et partager ce souvenir avec eux .

Nelson Mandela à Johannesburg, le 13 mai 2008.
Photo sous licence Creative Commons.
Attribution: South Africa The Good News / www.sagoodnews.co.za
Disponible sur Wikimedia Commons
Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
 

1 Commentaire

Merci Danielle pour ce témoignage . Si seulement un « NELSON MANDELA  » s’était levé en Algérie en 1954 ……
Mais peut être que s’il n’y avait pas eu l’Indépendance de l’Algérie en 1962 et les conséquences désastreuses qui ont suivi ,il n’y aurait pas eu de « Nelson Mandela  » .
L’Histoire a ses aléas .
Mieux que personne je comprends ton émotion .

Par GERVOIS, le 18 décembre, 2013