RSS Facebook Twitter
main_Sarnez-art2
 

Écoutez l’interview de Marielle de Sarnez sur RFI

Chers amis,

Marielle de Sarnez était hier l’invitée de l’émission Mardi Politique sur RFI. Réforme des retraites, ras-le-bol fiscal des Français, hausse du chômage, crise syrienne : découvrez toutes ses prises de positions en cliquant ici.

N’oubliez pas de partager cette interview autour de vous : par mail, sur les réseaux sociaux, sur vos sites internet et vos blogs.

Bien à vous,
L’équipe du Mouvement Démocrate

 

 

extraits :

« En Syrie, nous ne devons pas gagner la guerre, mais la paix »

28 août 2013

RFI – Marielle de Sarnez, que pensez-vous des propos de François Hollande sur la Syrie ?

Marielle de Sarnez – Tous ceux qui ont vu les images atroces de la Syrie ont été, à juste titre, frappés. Cela fait deux ans que cette guerre dure, qu’il y a des centaines de milliers de personnes disparues, mortes ou blessées, d’enfants qui fuient le pays. J’ai visité les camps de réfugiés à la frontière de la Turquie et de la Syrie. Tout cela est abominable, c’est une guerre civile abominable. Depuis deux ans, la communauté internationale se cherche, c’est le moins qu’on puisse dire. Toutefois, je pense que François Bayrou a raison quand il appelle à la plus grande prudence. Il me semble que considérer que la France doit être demain du côté d’une intervention militaire, qu’on dit limitée, doit nous interroger.

Nous interroger sur quoi ?

C’est une région du monde où les choses sont complexes et les conflits nombreux, entre pays et à l’intérieur de la Syrie, entre des Islam différents. Nous voyons bien que sur le plan géopolitique, nous sommes dans un endroit du monde extrêmement complexe et dangereux. Nous avons soutenu l’intervention au Mali car nous pensions que François Hollande avait décidé à juste titre cette intervention. Là, attendons les conclusions de l’ONU, regardons les choses avec la plus grande prudence. À terme, c’est une solution politique qu’il faut. Nous savons que la solution ne sera pas militaire. On parle de guerre limitée, mais les guerres ne sont jamais limitées… La France doit se poser les bonnes questions.

Le Conseil de sécurité de l’ONU se réunit mercredi. Peut-on passer outre un veto de la Russie ?

J’essaye de toutes mes forces de plaider pour une solution politique. Je sais qu’elle est difficile, d’autant plus que les choses se tendent entre la Russie et les États-Unis. Cela ne va pas dans le sens d’un consensus politique. Je sais aussi quelles sont les inquiétudes en Syrie. Mais, s’il y a des démocrates et des laïcs dans cette opposition, il y a aussi des fondamentalistes. Il y a également des pays engagés derrière cette opposition, qui ne sont pas forcément connus pour leur modération et leur sentiment laïc. Vous voyez bien que tout cela est dangereux. Quand on écoute un certain nombre de responsables syriens qui ont fui le régime actuel, ils nous disent : « Ce qu’il faudra gagner, ce n’est pas la guerre mais la paix ». On ne gagnera la paix, après le départ de Bachar el-Assad, qu’en construisant un gouvernement de transition qui soit protecteur de toutes les sensibilités en Syrie. Avant d’intervenir, posons-nous toutes ces questions. Si les interventions militaires américaines avaient réussi en Afghanistan et en Irak, ça se verrait et ça se saurait.

 

 

« Ce n’est pas une réforme des retraites mais une nouvelle occasion manquée »

« C’est la quatrième ou cinquième fois qu’on nous annonce une réforme des retraites. Avant c’était sous des gouvernements de droite, maintenant sous un gouvernement de gauche. Chaque fois, on constate qu’il y a un déficit, on dit qu’il faut faire attention, on annonce des prélèvements supplémentaires et une durée de cotisation qui varie au rythme de l’allongement de la durée de la vie. Mais il n’y a pas de véritable réforme, on nous bidonne et on fait du bricolage. Ce que Jean-Marc Ayrault a annoncé n’est autre que la poursuite de ce qu’avait dit et fait François Fillon. Et dans trois ou quatre ans, cela va recommencer », a estimé l’eurodéputée, invitée de l’émission Mardi Politique.

« Je comprends qu’il faille des mesures immédiates pour combler la dette, mais elles ne sont valables que si elles s’accompagnent d’une réforme globale, qui pérennise notre système de retraites. Nous préconisons depuis longtemps avec François Bayrou un système unique par points, qui mette fin progressivement aux nombreux régimes spéciaux qui existent en France. Il est aujourd’hui soutenu par une partie des partenaires sociaux, dont la CFDT. Je regrette que Jean-Marc Ayrault ne le fasse pas », a poursuivi la vice-présidente du MoDem.

Selon elle, « le système par points pourrait se mettre en place progressivement, en conservant pour chacun les droits acquis. Si vous avez un travail pénible, vous acquerriez des points supplémentaires. Vous pourriez ensuite partir à la retraite quand vous le souhaitez. Cette réforme apporterait davantage de justice et règlerait définitivement la question ».

‘Nous sommes donc aujourd’hui devant une occasion manquée. À l’évidence, il y a un manque de courage et un manque de vision du gouvernement, qui est sur le court terme, qui ne pense ni durable ni aux générations futures, mais aux élections qui viennent. Cette manière de gouverner ne me va pas », a-t-elle conclu avec fermeté. »

 

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
 

Les commentaires sont fermés pour cet article !