RSS Facebook Twitter
Quelques pièces en Euro posées sur un billet de 20 € / Charles Hirlimann disponible sur Wikimedia commons
 

Hollande ferait-il plus confiance que Sarkozy ?

  La France a emprunté jeudi 7,836 milliards d’euros d’obligations à moyen et long terme sur le marché, à des taux en baisse, qui reflètent l’intérêt des investisseurs pour la dette française sur fond de tensions en zone euro.

Le pays souhaitait lever entre 7 et 8 milliards d’euros lors de cet emprunt qui a attiré une demande des investisseurs environ deux fois supérieure à l’offre proposée par l’Agence France Trésor, chargée de placer la dette française sur le marché.
La France a emprunté des fonds sur quatre échéances, à 2019, 2022, 2026 et 2060, à chaque fois à des taux en baisse.
Ces bonnes conditions sont le signe que la dette française séduit les investisseurs, qui cherchent à allier rendement pour leur placement et sécurité.
La France a d’ailleurs vu son taux à 10 ans atteindre un plus bas historique sur le marché obligataire, où s’échange la dette déjà émise, la semaine dernière, avec un plancher sous 2,1%.
Les investisseurs ont ainsi rangé la France aux côtés de l’Allemagne parmi les pays les plus crédibles, au détriment des pays comme l’Espagne et l’Italie.
Dans le détail de l’emprunt de jeudi, le Trésor a levé 1,710 milliard d’euros à échéance avril 2019 à un taux de 1,92%, contre 3,67% lors de la dernière émission comparable le 7 mai 2009.
Il a levé 3,480 milliards d’euros à échéance avril 2022 à un taux de 2,46%, contre 2,96% le 3 mai 2012, ainsi que 1,961 milliard d’euros à échéance avril 2026 à un taux de 2,90% contre 3,46% le 5 avril 2012.
Enfin, il a levé 1,595 milliard d’euros à échéance avril 2060, une première sur une telle ligne depuis fin 2010, à un taux de 3,27% contre 3,34% le 4 novembre 2010.
B. Grandon
Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
 

Les commentaires sont fermés pour cet article !