RSS Facebook Twitter
France solidaire
 

De quoi REFLECHIR

Je lis le dernier livre de Bayrou « la France Solidaire »

et j’y vois une énorme parenté avec le livre d’Alain Caillé « de la Convivialité »

C’est *excellentissime* pour moi, une vision extrêmement profonde et anticipatrice de la société, elle donne une ligne politique.

Dans ce livre, Alain Caillé dit entre autre que nous avons développé « un fondement utilitariste à la démocratie …. Aussi estimable que cette interprétation utilitariste soit à divers égards, elle ne peut cependant pas être à la hauteur des enjeux du XXI ème siècle pour au moins 3 séries de raisons principales :

1.  à mesure que l’idéal démocratique se mondialise et s’universalise,vil rend de plus en plus insupportables l’inégalité et la dissymétrie entre les anciens dominants occidentaux … et les autres pays …. pas seulement concernant une égale prospérité matérielle mais surtout une « reconnaissance de la dignité de tous les peuples et de leurs cultures »

2. … là où la dynamique de la croissance reste encore puissante, dans les BRIC et les pays émergents … tout porte à croire qu’elle ne sera possible qu’un temps relativement bref, au prix d’une dégradation dramatique et irréversible de l’écosphère. »

3.  ne produit aucune amélioration sur le bonheur des gens.

 

Et Caillé, mettant en garde contre des directions insuffisamment analysées, met ailleurs cette excellente proposition :

 

* « le développement durable » est un oxymore

croyant « pouvoir remédier au mal par la prolongation du mal, les dégâts de la croissance par une croissance maintenue » !!!

* « face à l’hégémonie de la course à la croissance du PNB, une première stratégie consiste à proposer une autre convention de la richesse et à adopter un autre indicateur de richesse, par exemple l’Indicateur de *développement humain* (IDH) » …que tout le monde arrive au maximum de ses possibilités conviviales avec reconnaissance, échange et don :

* Mauss avait écrit un Essai, « Essai sur le don« , œuvre principale et mémorable dans lequel il montre que le don est inné et ce qui est sort en premier chez les premiers hommes (et non pas le fondement utilitariste que nous avons ensuite développé) = c’est la genèse du lien social qui repose sur la triple obligation = donner, recevoir et rendre, c’est une *obligation de rivaliser de superbe et de générosité pour être reconnu comme pleinement humain.*

 

Voici un excellent programme dans lequel nous sommes tous sollicités.

Chacun ayant une importante contribution à offrir.

Si vous avez apprécié, merci de largement diffuser autour de vous

 

Cordialement

Françoise Carette

 

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
 

Les commentaires sont fermés pour cet article !